Autour des Piliers de la terre

Affiche de la série les piliers de la terre
Les piliers de la terre - série télé

Je viens de terminer Les piliers de la terre, d’abord la série en 9 épisodes puis le livre. L’adaptation pour l’écran est réussie, je crois. C’est sûr que j’ai découvert l’histoire dans le sens favorable: la série est bien scénarisée, avec de bons acteurs et des décors convaincants. Elle m’a donné le goût de lire le livre, afin d’entrer dans l’univers intérieur des personnages.

Je dirais que la série colle assez bien avec le livre tout au long de la première partie, puis il y a quelques modifications dans la seconde. L’intrigue est accentuée dans la série par des flashbacks. Il est vrai que d’une semaine à l’autre, il faut « répéter » les enjeux  et les motivations des personnages, pour les garder vivants dans l’esprit des téléspectateurs. Dans le livre, puisqu’on a accès constamment à l’intériorité des personnages, et parce que la lecture se déroule sur une moins longue période, les mêmes enjeux n’ont pas à être maintenus de la même façon. Je pense surtout à toute l’intrigue autour du père du personnage de Jack Jackson, et surtout à celle autour du bébé Jonathan, un peu évacuée dans la série, alors qu’elle est de prime importance dans le livre.

photo du personnage william hamleigh
William Hamleigh

Dans la série, la relation trouble entre Willam Hamleigh et sa mère Regan est mise de l’avant. Bien qu’importante dans le livre, cette relation est poussée encore plus loin dans la série, ce qui a comme effet d’accentuer la vulnérabilité du « méchant », d’en faire lui-même une sorte de victime. Je l’ai perçu en tout cas comme une victime principalement de sa propre faiblesse, et de sa dépendance envers autrui. La seule manière qu’il a de s’affirmer, c’est en se montrant cruel envers les autres.

Le livre exprime mieux le passage du temps sur les personnages, leur vieillissement y est plus présent, plus crédible, même si dans la série on s’est efforcé de nous le faire ressentir. Il est encore extrêmement difficile de réussir à vieillir les acteurs de 5 ou 10 ans par épisode… Dans le livre, on sent vraiment les personnages prendre de l’âge, en caractère, mais aussi « physiquement », ils se transforment, prennent des rides, deviennent osseux.

Sommes toutes, j’ai beaucoup apprécié cette histoire, et je quitte les personnage avec un brin de tristesse…

une photo du personnage Ellen
Ellen

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s