La vie et l’ordre

La vie m’emporte, et je n’écris pas, trop occupée à y mettre de l’ordre.
Organiser une carrière, une famille, une maison… Donner du temps aux amis, à la coop, au centre d’artiste… Mais quel temps reste-t-il pour moi, pour plonger en moi, dans le désordre de la chose écrite, l’univers illisible de ce qui reste à écrire?
Même écrire sur le blogue devient rarissime, tellement le temps me presse. M’arrêter. Penser.

Le gel

Remplacer le doute par l’action. Je n’élimine pas le doute mais je le remplis. Je le chasse à coup de réunions, de papillonnement d’un projet à l’autre, alors que je devrais juste m’arrêter et écrire. Mais j’ai peur… de trop plonger, de me laisser emporter, trop loin dans le délire, loin de la réalité, jusqu’au point de non-retour, où je serais hors d’atteinte du réel. Trop ancrée maintenant, le pieds tellement sur terre que je ne sais plus décoller…

Bulle d'hiver

Heureusement, j’arrive encore à voir des images. Des images m’emportent, mon oeil glisse et plonge et trouve, je m’émerveille derrière ma lentille et je me perds. Il était une fois redevient une formule magique, mais au lieu de mots des images naissent, des détails grossis, surnaturels.

Bulle

Des ombres se glissent, personnages en quête d’histoires, paroles en quête de musique. Ils me hantent, me troublent, mais je ne me laisse pas habiter par eux, trop pleine des gens qui m’habitent déjà. Compartimenter? Je suis tellement fragmentée, déjà! Fuir? Me cacher dans une grotte avec un cahier et écrire jusqu’à n’être qu’une suite de mots, ou une créature grotesque comme Aliénor…

Le voyage d'hiver

Aliénée… Oui, il y a quelque chose de la folie dans le geste, dans le désir ambitieux, dans la persévérance acharnée, phrase après phrase après phrase. Nostalgie d’être plongée dans un récit par moi écrit, confort du rêve et de la construction d’un monde, malgré le doute perpétuel. Tant qu’à douter, autant douter de manière constructive.

DSC_0882 - 2012-01-07 à 16-31-50
Tiens, je me laisse envelopper par cette créature hivernale, qui me tend les bras comme un enfant qui a besoin d’être bercé. Et je me berce et je balance, et du mouvement rythmé naît le mot, ou l’idée, ou la persistance du rêve…
Et comme résolution répétée, écrire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s