Game of Thrones: Why Season 2 is Sticking to 10 Episodes – TV News at IGN

Game of Thrones: Why Season 2 is Sticking to 10 Episodes – TV News at IGN.

Après avoir regardé les deux premiers épisodes hier soir, je peux dire que je suis une fan finie! Alors j’espère qu’il y aura plus que deux saisons… mais vue l’étendue de la saga, je me demande comment le spectateur pourra être satisfait après 5 ou 7 saisons, puisque le lecteur ne sait toujours pas la fin après 5 livres (à 900 pages par tome)…

Une excellente adaptation jusqu’à maintenant, des décors à la hauteur, des acteurs identiques aux descriptions des livres. Je dois relire le début, pour vérifier cette impression. HBO fait vraiment des séries très clean, on sent les moyens financiers et l’attention aux détails, dans le décor et les costumes.

Vampires etc.

Impressions sur la troisième saison de True Blood
true blood -get your fill
Quand même, j’aime les vampires sombres, cruels et séduisants! Pourquoi bouder son plaisir? Mais comme Sookie, je suis partagée entre Bill et Eric… Le romantique ou le viking? Le ténébreux ou le guerrier?

C’est une série très bien scénarisée, avec un casting excellent. Les personnages sont habités, convaincants. Pourquoi? Dans leur évolution, leur façon d’affronter les obstacles?

Par exemple Jason, dans toute sa naïveté bon enfant. Personnage bouffon, il a l’art de se mettre les pieds dans les plats à force de vouloir bien faire et de se laisser mener par. Mais il est honnête, incapable de mentir – en tout cas, jamais pour longtemps! Cette saison, il gagne une profondeur qui le rend encore plus attachant, parce qu’on devine sous le masque de l’imbécilité une grandeur d’âme de chevalier… Il devient Don Quichotte, et on espère qu’il aura un jour la chance de grandir… Les mimiques de Ryan Kwanten tombent justes: plus souvent qu’autrement, il a l’air dépassé par les événements et il rame, impuissant, pour se maintenir à flot. Mais il se tient de plus en plus debout, et quand la rage l’habite, quand il assume ce qu’il est, il est magnifique. La scène ou il se fâche contre Bill (enfin!), donne une idée du potentiel de cet imbécile heureux. Ses faiblesses le rendent plus qu’humain, dans cet univers de loups-garous, de Shifters et autres magiciens tous-puissants… mais on sent qu’il ne se laissera pas marcher sur les pieds plus longtemps! Puisqu’il grandit, s’affirme, de scène en scène un peu davantage, il se détache petit à petit de son rôle de bouffon, et tend à réaliser son objectif « secret »: être un chef.

C’est la saison des transformations/révélations…
Le sombre et « pur » Bill se révèle plus noir et tordu, malgré ses affirmations constantes de ne vouloir que du bien à Sookie. C’est un très bon principe scénaristique, finalement, pour insinuer le doute à propos du personnage: plus il affirme qu’il est sincère envers Sookie, plus Sookie a des visions ou des intuitions qui lui disent le contraire, plus elle doute de lui. Il fait le contraire de ce qu’il dit, il trahit sa Reine… Mais comment l’en blâmer, après ce qu’on a vu de Sophie-Anne? Il n’assiste pas Tara en danger, il manipule Lorena, Russell, Eric… Mais il semble si sincère dans son amour pour Sookie! Et puis, n’est-ce pas pour la sauver qu’il manipule les méchants? Pour survivre lui-même qu’il semble s’allier aux Mauvais? Après tout, jouer un double jeu pour mieux protéger le « Bien », n’est-ce pas véritablement un comportement héroïque, puisqu’il doit aller contre sa propre nature????
Éric quant à lui joue un autre jeu… Il désire Sookie aussi, mais d’une manière plus franchement égoïste… comme son désir de vengeance d’ailleurs. C’est le Mauvais qui est « bon » sans se l’avouer, et qui maintient le masque Evil le plus longtemps qu’il peut, le plus fort qu’il peut. Sa réaction à l’apparition de Godric le prouve, (qu’il ait une vision de Godric, même, suffit): il n’est pas aussi méchant qu’il voudrait l’être… Mais il ne veut pas, du tout, passer pour un « bon ».

Les vrais méchants, Russell, Jackson, le pack de loups-garous, sont clairement, inexorablement méchants. Fous, psychopathes, aucun doute, on ne peut que les haïr et n’avoir aucune pitié pour eux, ce qui permet aux « bons », quand ils en viennent aux mains, de faire preuve d’une violence raffinée et très gore, acceptable puisque « justifiée », n’est-ce pas? Ça fait donc du bien de taper sur le Méchant, jusqu’à lui écrabouiller la cervelle! Jusqu’à ce que Godric plaide pour la rédemption et le pardon… (God…devenu lumière, n’est-ce pas…à la fin de la saison deux…)

Je ne parle pas tellement des personnages féminins, mais elles sont bien campées aussi.
Sookie manque de mourir, mais on comprend enfin d’où lui vient sa télépathie et les raisons qui la rendent si attirante pour Bill, Eric, et les autres vampires. Bon, on nage dans la fantasy, il y a des loups-garous, des Shifters (je ne sais pas trop comment ils les appellent en français, mutants?)… alors, autant y aller fond. Les créatures anormales se multiplient, et les pauvres humains font piètre figure au milieu de tout ça!
Sauf peut-être Arlene. Je l’adore. Juste assez hystérique, forte et au bord de la crise de nerfs en même temps, superstitieuse et les deux pieds sur terre, humaine, quoi. Le contraste avec terry est superbe, et leurs scènes en fin de saison savoureuses. Tout est dans les contrastes: le choc fait naître un sens plus complexe, plus juste. Tara est un peu larmoyante, mais elle l’a dure, et ne s’en sort que par instinct. D’ailleurs, s’en sort-elle vraiment? Je crois qu’elle est allée au bout: au bout de tout ce qu’il était possible de supporter, jusqu’à se nier elle-même. Elle renaîtra, mais comment? Les pistes sont lancées pour la saison 4… alors je dois patienter encore, et encore.

vamp stamp

Côté caméra, montage et autre
Eric est toujours cadré très serré, courbé à l’écran. Sookie, centrale, avec beaucoup d’espace de part et d’autre et au-dessus d’elle, paraît toute petite en contraste dans les champs-contre champs qui les mettent en scène. On est attiré par Eric, comme peut l’être Sookie. Ça m’a surtout sauté aux yeux en fin de saison.
Bill est cadré de plus loin, le visage ou le corps en partie dans l’ombre. Doute. Insaisissable.
Quelques effets au montage, transitions éclairs aux changements de scènes, qui donnent un effet de vertige pour accentuer les moments de tension.
Musique efficace, superbe, encore une trame sonore à acheter je pense! Rock/blues louisianais, Mississipi, voix rauques, guitares profondes, rythmes de magie noire!
Une équipe qui sait ce qu’elle fait, quoi!
Lien IMDb pour True Blood

Game of Thrones – HBO

Le trône de fer… Une série attendue!

Affiche de A Game of Thrones
Affiche de la série sur HBO

Une série de fantasy drôlement efficace par George R.R. Martin. J’ai bien hâte de lire la suite (après les 12 volumes en français…)! Je crois que je me replongerai sans trop de peine dans cet univers trouble. Les aspects de fantasy y sont subtils au début (trois premiers volumes, je dirais), pour mieux établir les intrigues et les personnages, et tout Westeros.

affiche de la série télévisée
Affiche de la série sur HBO

L’intrigue politique est complexe, à la hauteur de lecteurs adultes. Des familles s’opposent dans leur quête avide du pouvoir; et des membres de familles encore plus ambitieuses se déchirent entre eux. L’amour y est intense, passionnel, mais faillible. Les amitiés souvent intéressées, et personne n’est à l’abri de la dureté de l’hiver qui vient. C’est un monde âpre, où un nain difforme devient un chevalier admirable, et où le chevalier admiré devient un régicide, traitre et pire encore…Les personnages sont troublants, et leurs aventures passionnantes à suivre. Alors, sur HBO…

L’adaptation pour la télé met l’eau à la bouche. J’espère que ce sera à la hauteur de l’adaptation du Seigneur des Anneaux par Peter Jackson (malgré tout ce qu’on peut en dire, le résultat a donné trois magnifiques films). En tout cas, les images laissent présager du bon:

image du mur de glace...
le Mur

Pas mal ce que j’imaginais de la chose. Au-delà du Mur, l’inconnu, les Autres, les Sauvageons, la mort assurée. Seuls les Gardes de la Nuit protègent l’empire, tous vêtus de noirs.

Winterfell
Winterfell

Le royaume des Stark… Les « bons », autant que le terme puisse s’appliquer dans Westeros, où toutes les nuances de gris teintent les habituels blancs et noirs des bons et des méchants…

image tirée de la série
Robb et Bran Stark

Ils sont les Loups du royaume et quand ils sentent que l’hiver vient, ils ne se trompent pas. Même si l’hiver peut n’arriver qu’au bout de dix, vingt ou trente ans. Quand il arrive, personne ne peut savoir combien de temps il va durer…

Kings Landing
Kings Landing

La ville du Trône de Fer. Un trône fait d’épées tranchantes, brisées et forgées ensemble, et qui blessent le monarque qui y prend place s’il a le malheur de bouger un peu trop brusquement. Un ville qui sera le théâtre de bien des batailles, dont une navale mémorable. Un de ces batailles qui enflamment l’imagination et donnent tout leur poids aux mots chance, débrouillardise, lâcheté et héroïsme désespéré!
Bref, je suis une fan, et j’espère que la série va être à la hauteur!
Game of Thrones – About – HBO Canada.