Petites incursions entre les ailes des fées

Dans l’installation Petites incursions entre les ailes des fées, la vidéaste Anne-Marie Bouchard invite le spectateur à une expérience allégorique intime, immersive et interactive, grâce à la collaboration de la chorégraphe Mélanie Therrien et de la musicienne Lyne Goulet. Elle utilise la structure narrative du mythe pour intégrer le spectateur dans son imagerie onirique et parfois abstraite. Le spectateur est le héros du parcours, son implication active est nécessaire pour qu’il soit transformé par la magie du jeu, pour que sa propre image soit intégrée à l’univers des fées.

Espace 1 : Boucle vidéo de 45 minutes, images et sons tirés de la nature. (Fleurs, ruisseau, petits animaux, insectes, plantes.) (DVD)

Avec un regard axé sur l’éphémère et la nostalgie, l’installation ouvre avec des images de nature qui s’effritent, se décolorent, comme des cartes postales anciennes ou un album de photos.  Le spectateur doit entrer dans un couloir au milieu de l’écran pour passer à l’espace suivant.

Petites incursions 

Espace 2: Dans le second espace, les images sont transformées radicalement grâce à l’informatique afin qu’elles révèlent leur magie intime : les images et les sons sont manipulés pour créer l’illusion de créatures fantastiques. Des segments vidéo de cinq minutes jouent au hasard en présence d’un spectateur. Les séquences contrôlées par ordinateur tournent aussi longtemps qu’un spectateur les regarde. Quand personne n’est dans cet espace, la projection diminue d’intensité. Pour passer à l’espace suivant, le spectateur doit franchir l’obstacle de l’écran.
Petites incursions

Voici un exemple des vidéos projetés dans la zone 2 dans l’installation Petites incursions entre les ailes des fées. L’ordinateur sélectionne au hasard un bloc vidéo de 5 minutes parmi une dizaine de choix:

Réalisation, caméra et montage: Anne-Marie Bouchard

Musique & son: Lyne Goulet

Petites incursions />

Espace 3 : Enfin, dans la troisième partie, la fée invite le spectateur à danser, et c’est le mouvement même du spectateur qui est intégré à la vidéo. Plus le spectateur bouge et dépense de l’énergie, plus la vidéo devient lumineuse. Plus il y a de spectateurs dans la « salle », plus il y a de « fées » à l’écran… L’ordinateur joue simultanément trois séquences de 3 minutes 30 (une bleue, une en négatif, une surbrillante). Les mouvements du spectateur font alterner la projection brièvement d’une séquence à l’autre. Au bout de ces trois minutes, une nouvelle séquence est déclenchée si le spectateur est toujours dans la salle. L’image du spectateur est intégrée dans cette nouvelle séquence vidéo, sous forme de silhouette lumineuse, qui n’apparaît que lorsque le spectateur bouge. Cette dernière séquence joue en boucle aussi longtemps que le spectateur danse. Quand le spectateur quitte, une séquence d’attente de dix secondes joue en boucle, jusqu’à l’arrivée d’un nouveau spectateur.

Petites incursions
_GUY4197 - 2012-03-17 à 14-46-08

Le dispositif est constitué de pôles de cuivres suspendus au plafond soutenant des surfaces de projection, qui découpent trois espaces distincts, ajustables selon la configuration spatiale de la pièce d’exposition.

Plan du dispositif

Dimensions : 18’ x 12’ x 8’ (5m 50 X 3m 65 X 2m20)

Matériau inclus (fournis par l’artiste): ordinateur de contrôle, 3 caisses de son, pôles de cuivre, rideaux, écrans, décodeur surround, 2 caméras 8mm, 2 convertisseurs de signal vidéo, trépied, 1 lecteur dvd.
Besoins techniques (à fournir par la galerie): 3 projecteurs vidéos, 4 caisses de son, câbles électriques et rallonges 1/8 et RCA.
Recommandé : lien internet (WIFI ou câble) afin permettre de contrôler à distance l’ordinateur de l’installation.
Crédits:
Une réalisation de Anne-Marie Bouchard,
en collaboration avec la chorégraphe Mélanie Therrien et la musicienne Lyne Goulet

INTERPRÈTE
Mélanie Therrien

INSTALLATION
Programmation sur Isadora, détection de mouvement & assistance technique
Jean-François Turcotte
Images : caméra et montage vidéo; scénographie
Anne-Marie Bouchard

MUSIQUE
Saxophone
Lyne Goulet
Grand Piano Seiler Concert
Marie H. Blay
Enregistrements
Gilles Bernard, Studio de l’Ours
Frédéric Lebrasseur, Sankukaï Studio
Composition, montage et mixage
Lyne Goulet

REMERCIEMENTS
Merci de votre généreuse implication
Jean-François Turcotte, Lyne Goulet
Merci de vos précieux conseils
Frédéric Lebrasseur, Philippe Venne
Merci aux petits farfadets et aux petites fées du tournage
Doryanne Guay, Estelle Huot, Jérémi-Loup Huot, Marée-Fleur Huot, Antoine Labrecque, Benoit Labrecque, Clémence Turcotte, Simone Turcotte, Zoé Turcotte.

PRODUCTRICE
Pauline Voisard

COORDINATION DE DIALOGUES INSTALLATIFS
Geneviève Allard

ADJOINTE À LA PRODUCTION
Suzie Genest

COMPTABLE DE PRODUCTION
Lorinne Larouche

Cette installation est issue du projet de commande d’œuvres Dialogues installatifs, activité instiguée et soutenue par Vidéo Femmes et rendue possible grâce à la contribution financière du Conseil des Arts du Canada

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s