After Parthenope Authoring Screencast » Scott Rettberg

After Parthenope Authoring Screencast » Scott Rettberg.

Un projet de texte généré par ordinateur programmé à l’aide de Processing.

Ce qui est fascinant, c’est la manière dont il s’est interrogé sur la construction des phrases (en anglais). Il a pris les pronoms les plus fréquemment utilisés, associé aux dix verbes les plus fréquents, puis le troisième mot… Ensuite, le texte est construit en ajoutant des variables, ou des conditions à la phrase: ajout d’un adjectif, d’un nom de lieu, timing de l’apparition du texte à l’écran ( idée de « personnaliser le texte, comme si quelqu’un le tapait en direct)….

Dans cet exemple, il a structuré son texte en formant : une introduction semi aléatoire d’une dizaine de courtes phrases, qui orientent le texte autour de la rencontre dans un café napolitain entre un touriste et une femme de la place. Puis ensuite, il y a un paragraphe qui réfère à l’histoire mythologique de Naples, puis enfin, le texte généré par ordinateur, qui se poursuit un certain temps.

Confessions of an Aca-Fan: The Official Weblog of Henry Jenkins

Confessions of an Aca-Fan: The Official Weblog of Henry Jenkins.

Je crois que je comprends (enfin) mieux le concept du transmédia!

Les exemples qu’il donne sont excellents. Ce que je retiens, c’est que  le transmedia est un prolongement du récit afin de créer un monde complet, accessible à travers divers moyens (allant jusqu’au parc d’amusement thématique à la Disney, où des mondes sont recréés afin de prolonger l’expérience de l’histoire). C’est une manière de ne jamais quitter un livre, ou un film, ou un site web…

Je vois très facilement comment en science-fiction ou en fantasy il est possible d’extrapoler dans la création du récit en rendant accessible au lecteur/spectateur la recherche et les voies parallèles utilisées par l’auteur pour mener à bien son histoire.

Henry Jenkins est professeur de Communication, journalisme, et Cinematic arts à l’Université de Southern California, et avant il était directeur du MIT Corporative Media Studies Program.  En plus, dans cet article (et les deux précédents) il confronte ses positions avec celles d’un autre chercheur, Richard Grusin, Directeur du Center for 21st Century Studies and Professor of English at the University of Wisconsin-Milwaukee.